Le retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne aura d’importantes conséquences pour l’Europe, mais les gouvernements français, italien et espagnol espèrent qu’il sera une « opportunité historique » de « créer une véritable agora européenne ».

Dans une tribune commune publiée dans le Monde et le Corriere della Sera, Sandro Gozi, Nathalie Loiseau et Jorge Toledo, ministres italien, français et espagnol chargés des affaires européennes, défendent la création d’une circonscription européenne pour combler le vide des sièges laissés vacants par les parlementaires britanniques. Afin de désigner les représentants de cette nouvelle circonscription, ils appellent à la formation de listes transnationales, au côté des listes nationales et régionales, dès les élections européennes de 2019. Ils espèrent renforcer le sentiment d’appartenance à l’Europe en désenclavant les élections européennes, qui se déroulent jusqu’à présent comme « 28, bientôt 27, débats étanches et parallèles, menés chacun chez soi ».

Le président français Emmanuel Macron avait déjà annoncé son soutien fervent à ce projet, notamment lors de son discours à la Sorbonne du 26 septembre, arguant que « [la] force la plus grande, [l’]aliment véritable, l’essence du projet européen [était] la démocratie ». Le gouvernement italien voit ainsi dans le président français son meilleur allié pour la construction d’une nouvelle Europe. Ainsi, Sandro Gozi, reçu à l’Élysée avec Matteo Renzi le mardi 21 novembre, le considère comme « le seul qui puisse guider un vrai changement radical de l’Union Européenne». Le ministre italien chargé des affaires européennes, dans un entretien donné au Corriere della Sera le 22 novembre, annonçait vouloir travailler avec la France pour la mise en place de listes européennes, pour une Europe de l’investissement, de la culture et des droits sociaux.

De telles listes transnationales, qui devraient pouvoir être constituées sans modification des traités, pourraient constituer le début « d’une refondation du projet européen » ; les trois gouvernements se sont tout du moins engagés à en avoir l’ambition.

Pour en savoir plus :

Corriere della Sera : Una riforma «senza confini» per il parlamento europeo

Le Monde : Pour « la création de listes transnationales » aux élections européennes

Corriere della Sera : « Con Parigi un’alleanza per un’Europa diversa e partiti transnazionali»

Pour partager l'article :Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on Facebook