Emmanuel Macron et Paolo Gentiloni parviendront-ils à trouver un terrain d’entente sur le dossier STX Fincantieri lors de leur rencontre le 27 septembre à Lyon? Selon un article paru le 3 août dans le quotidien la Repubblica, une voie de sortie pourrait être trouvée à travers la création de deux sociétés distinctes , l’une dans le civil et l’autre dans le militaire. Ainsi, Fincantieri pourrait prendre la majorité d’une société dont l’activité serait la construction de navires de croisières et dont le capital serait ouvert à Naval Group (ex-DCNS) et STX . Une autre société, positionnée, elle, sur le militaire serait contrôlée par Naval Group mais accueillerait Fincantieri en son sein. Selon le journal les Echos, la société italienne Leonardo, spécialisée dans le militaire pourrait également participer à ce projet. La concrétisation d’une alliance franco-italienne dans le domaine militaire permettrait, en tous les cas, aux européens de lutter contre la concurrence canadienne et australienne dans ce domaine.

Pour en savoir plus :  

Libération : STX : la bataille navale continue entre Paris et Rome

France Inter : STX : le ministre de l’Economie va négocier à Rome une coopération militaire

Le Figaro : STX : «L’Airbus du naval» refait surface

La Stampa: Fincantieri, Calenda: “Esistono le condizioni per un accordo con Naval Group”

Wall Street Italia: Fincantieri-STX, Parigi spinge per “menage a trois” con Naval Group

La Repubblica: Fincantieri, Pinotti rilancia la Liguria « Nell’accordo francese navi e aziende hi tech »

Pour partager l'article :Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on Facebook