Après plusieurs mois de discussions, TotalErg aurait trouvé un acquéreur pour son réseau de stations-service italien. Le groupe franco-italien serait entré début octobre en négociations exclusives avec le raffineur italien API pour la cession de l’ensemble de ses stations-service présentes en Italie. API (Anomia Petroli Italiana) qui y opère déjà près de 2 600 stations-service, devrait donc acquérir 2 700 nouveaux points de distribution, soit 11% du marché transalpin ; il détiendrait ainsi le premier réseau de stations-service italien.

La joint-venture franco-italienne, fondée en 2010, était déjà entrée en discussions en 2016 avec plusieurs investisseurs. D’après plusieurs sources, la vente, estimée à 600 millions d’euros, avait été missionnée à HSBC et Rothschild, mais était pénalisée par un marché des stations-service italien saturé (21 000, contre 11 000 en France et 7 000 au Royaume-Uni) et la menace d’une progression des voitures électriques. Plusieurs acquéreurs potentiels s’étaient ainsi retirés, comme Qatar Petroleum et Kuwait Petroleum International, qui avait déjà acquis en 2015 le réseau de 700 stations de Shell.

Cette décision de Total, recherchée depuis plusieurs années, s’inscrit dans une stratégie de retrait progressif de sa position en Italie : l’entreprise française avait ainsi déjà vendu sa participation dans Totalgaz Italia à l’américain UGI en septembre dernier, et La Restiani au fonds Ambienta en juillet. Contraint par la baisse du cours du pétrole, le groupe français a en effet entrepris un plan de réduction de ses coûts et de réallocation de ses actifs en 2014, cédant ceux qui n’entraient pas dans le cœur de métier de l’entreprise ; le président du groupe, Patrick Pouyanné, a annoncé en septembre la prolongation de ce plan jusqu’en 2020, avec pour objectif des économies réalisées de l’ordre de 5 milliards. À l’issue de ce programme, Total « [sera] en position de force pour bénéficier du redressement du prix du pétrole », estime Patrick Pouyanné.

L’accord italien de TotalErg et API devrait aboutir à un accord à la fin de l’année 2017. Total restera toutefois présent dans le pays, notamment dans le domaine du carburant aérien et des lubrifiants, où il emploie actuellement près de 1 500 personnes.

Pour en savoir plus :

Investir, Les Echos : TOTAL près de céder ses stations-service en Italie

Reuters: Total & Erg aim to wrap up Italian gas station sale as electric car era approaches

Libération : Pas grisé par ses résultats, Total garde la bride serrée

Les Échos : Total prolonge son plan d’économies jusqu’en 2020

La Stampa : La storica “Restiani” è stata ceduta a un fondo

Pour partager l'article :Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on Facebook