Les projets de coopérations franco-italiens se multiplient : les acteurs politiques français et italiens évoquent une coopération renforcée dans le domaine spatial.

Il y a, au sein des gouvernements français et italiens, le sentiment d’une urgence d’une union renforcée des États européens. Bruno Le Maire a eu des mots évocateurs : « face à la concentration industrielle mondiale dans tous les secteurs […], nous, Européens, soit nous nous unissons, soit nous disparaissons ». Ce discours du ministre de l’Économie français était symbolique : il était prononcé au moment la signature de l’accord pour le rachat des chantiers navals de Saint Nazaire par Fincantieri, après deux années de désaccords franco-italiens. Ces deux années semblent oubliées, et les projets industriels franco-italiens se multiplient.

Après la signature de l’accord STX-Fincantieri, les avancées dans le projet d’un « Airbus des mers », le spatial s’invite dans les projets de coopération. Ce secteur nécessite de lourds investissements que ni la France ou ni l’Italie n’entendent assumer seuls. Carlo Calenda, ministre Italien du développement économique, a ainsi proposé la création d’un partenariat d’égal à égal autour du couple franco-italien afin de renforcer leurs industries spatiales en Europe, lors du sommet MEDEF-Confindustria à Rome de janvier 2018.

La coopération spatiale, qui a été une des grandes réussites européennes, se développant depuis plus de quarante ans à travers de nombreux programmes comme Ariane, Galieo, Copernicus, et l’Agence Spatiale Européenne, a également connu de grands succès bilatéraux, que la France et l’Italie souhaitent renforcer.

Les deux pays collaborent déjà de manière active, notamment dans le cadre d’un accord intergouvernemental de coopération spatiale datant de 2007. Plusieurs programmes ont abouti, notamment Hélios 2, le programme Cosmo Skymed, le satellite Athéna-Fidus en 2014 et le satellite Sicral 2 en 2015, issu d’une coopération entre le ministère de la Défense italien et la Direction Générale de l’Armement française. La joint-venture franco-italienne Thales-Alenia-Space traduit particulièrement ce dynamisme du domaine spatial bilatéral, qui pourrait être amené à être renforcé dans les prochaines années. Carlo Calenda a répété, avec Bruno Le Maire, que les deux pays « [devaient] relever le défi ».

Pour en savoir plus :

Ansa.it : Calenda, partner Francia campo spaziale

Capital : Après le naval, Rome veut une alliance dans l’espace avec Paris

Milano finanza : Italia-Francia, dopo navi partnership anche in spazio

Pour partager l'article :Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on Facebook